browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Krik Krak 2015 :déroulement

Du 6 au 8 mars 2015 a eu lieu la quatrième édition du festival Krik krak.

 

Les Objectifs du Festival « Krik? Krak! » étaient les suivants :

  • Objectif général :

Dynamiser de la ville des Cayes à partir d’un événement culturel annuel « Festival Krik? Krak!».

  • Objectif spécifique :

Inciter le public à renouer avec les jeux, les musiques et les contes traditionnelles en investissant les rues et les écoles, les places en tant que scènes artistiques éphémères.

 

no images were found

 Réalisations et activités du projet

Résultats attendus

Les résultats attendus sont les suivants :

 

Résultat 1 : Valorisation de la dimension patrimoniale des jeux, contes et musiques

Les activités du résultat 1 :

  • Caravane de contes dans les écoles

Le lancement du Festival « Krik ? Krak ! » s’est effectué le vendredi 6 mars 2015 au sein de trois (3) écoles situé au centre de la ville des Cayes, notamment l’Ecole Nationale de Collette, Ecole Sainte Marie des Anges et Nouvelle Ecole Primaire. Cette caravane composée de trois conteurs qui ont animé des ateliers participatifs pour des enfants (filles et garçons) de 5 à 12 ans, d’une durée de quarante-cinq minutes (45) chacun avec des chants et des contes traditionnels. Les enfants ont pu participer allègrement aux danses et aux ateliers. Ils ont également posé plusieurs questions.  Environ une centaine d’enfants ont été touché par ces ateliers.

Cette activité de valorisation et de transmission de la littérature orale haïtienne est fondamentale dans la programmation du festival, surtout par le fait que le conte véhicule des valeurs philosophiques et morales à caractère éducatif. C’est aussi l’occasion pour les enfants de redécouvrir le conte. Et d’inciter les professeurs d’écoles en Haïti à intégrer davantage le conte et les chants traditionnels dans leurs pratiques éducatives. L’école est avant tout un repère sociologique, lieu de transmission de valeurs et de normes communes à tous les individus de la même société. Si le conte est enseigné à l’école, il ne disparaitra pas.

  • Spectacle de chants, contes et danses de l’atelier Pye Poudre

Le spectacle de l’atelier Pye Poudre s’est joué dans le local de l’IPDEC, bibliothèque communautaire de la ville des Cayes. Cet évènement a réuni environ 200 jeunes de 12 à 16 ans, il a duré environ une heure et demie. Mis en scène et joué par Paula Clermont Péan, reconnu pour son apport dans la valorisation du conte en Haïti.  Elle tente d’établir la jonction entre la danse, la musique, le théâtre et le conte populaire haïtien. Le mouvement qui en résulte est l’expression d’une quête de beauté dans laquelle l’art est vécu comme une aventure singulière. Fondatrice du Centre Culturel Pyepoudre, un centre d’animation, de formation et de lecture publique, Paula a le souci d’encadrer les jeunes en vue de l’implantation de réseaux culturels à travers le pays. Elle était accompagnée de la danseuse Linda François, de la chanteuse Jehyna Célestin et du conteur Williamson Belfort.

Chacun à tour de rôle présentait un conte animé par des danses et des chants rythmés par un tambour. C’était un pot-pourri de contes traditionnels d’Haïti. Ce spectacle avait pour mission de développer l’importance de l’écoute du conte pour la construction de la personnalité mais aussi de montrer un renouveau du conte construit autour d’un art scénique avec plusieurs sous-parties. Et de faire découvrir des créations moins connues par ce public de jeunes.

  • Projection de 4 mini films sur le conte en Haïti

Dans le cadre du partenariat entre Akoustik Prod et le Bureau National d’Ethnologie (BNE), quatre (4) films réalisés par le BNE de douze minutes chacun ont été diffusé dans la salle de projection de l’Alliance Française des Cayes. Ces films font le plaidoyer des contes et des chansons d’Haïti qui ont tendance à disparaitre dans l’éducations des enfants en Haïti. Le BNE veut ainsi encourager les parents et les éducateurs à utiliser ces traditions quotidiennement.

Cette apologie s’effectue avec la mise en scène d’un narrateur qui situe l’histoire des traditions, leurs usages et leurs rôles dans la société haïtienne. Ces films mettent en scène également des conteurs, et des enfants qui se divertissent avec ces outils pédagogiques. Une trentaine de personnes ont pris part à ces projections le vendredi 6 mars 2015. Le cinéma est aussi une pratique culturelle qui tend à disparaitre dans le pays remplacé par la télévision. Tous ces moyens sont mis en valeur pour instruire et sensibiliser le public du festival.

  • Soirée TimTim Bwa Sech

La soirée a duré une heure, elle était animée par un slameur du Collectif Feu Vert, comédien et acteur, Béo Monteau et le conteur et comédien Pierre Jocelyn Amazan. A tour de rôle, ils ont créé l’ambiance avec de la musique et des contes pour clôturer la première journée du festival.

  • Espace Jeux traditionnels

Les jeux traditionnels étaient disponibles sur la place d’Armes de 1h PM à 4h PM pour la 2e journée du Festival. Les jeux présentés ont été les plus populaires : l’osselet, la marelle, Kay, Cercle, Dominos, cordes à sauter, kay, jeux de billes et cartes. Une vingtaine d’enfants (filles et garçons) de 4 à 10 ans ont pris part à cette activité. A la fin, un concours de saut à la corde et de marelle a eu lieu et les gagnants ont reçu des jeux de Beljwèt. L’espace de jeux était accompagné de chants. L’animation a été prise en charge par des jeunes formés lors de l’édition précédente.

1.6 Table ronde sur la musique traditionnelle haïtienne

Cette rencontre était l’occasion d’offrir au sein du festival un espace de réflexion et de discussion  entre opérateurs. Cette activité a réuni le Directeur Général du Bureau National d’Ethnologie, Monsieur Erol Josué, la Directrice Générale de la Bibliothèque Nationale d’Haïti, Madame Emmelie Prophète Milcé, le président du groupe musical Avenir, Monsieur Paul Smith et le président du groupe musical Avenir, Paul Jude Vanté.  La discussion s’est déroulée autour des groupes Tirailleurs et Avenir.

Les tirailleurs Fondé en 1930, club folklorique des Cayes, est un grand habitué des ambiances carnavalesques de la ville. Il participe à des foires des « te deum » et dans les fêtes patronales. Composé de 200 membres actifs dont 15 musiciens, ils sont pour la plupart du temps 5 sur scène avec 4 réservistes. Les instruments utilisés sont : tambour, tchatcha et fife. La particularité de cette bande à pieds est de se rendre à DEXIA (zone) avec leurs supporteurs, là ils passent la journée à couper la canne et reviennent en fin de journée au son de la musique.

Avenir est un club culturel fondé en janvier 1928. Ils ont au nombre de cent membres actifs, il s’implique dans les activités culturelles et sociales de la ville. Le club participe déguisé aux défilés carnavalesques. Pour l’édition 2012, le groupe a remporté la 4eme place pour sa prestation et ses costumes. Les instruments que nous retrouvons au sein du groupe sont : tambour, tchatcha et  fife.

Les points abordés ont été le contexte difficile de création lors de l’occupation américaine (1915-1930) dans la ville des Cayes. La spécificité de leurs instruments et de leurs sonorités, ainsi que la nécessité de faire valoir leur rôle crucial dans le patrimoine musical de la ville.

Résultat 2 :       Renouement du public avec ses traditions

Les activités du résultat 2 :

  • Journée d’atelier d’initiation et de démonstration de marionnettes et de contes

L’atelier d’initiation de marionnette animé par l’artiste Ernst Saint Rome a réuni quarante enfants de 4 à 10 ans. Habitué par les ateliers d’animations de marionnettes, Ersnt tient à démocratiser au maximum ses enseignements afin que les jeunes haïtiens puissent reprendre plus tard ces personnages issus de nos imaginaires. L’atelier était composé de deux parties, tout d’abord l’initiation avec la présentation de la manipulation des marionnettes puis s’est clôturée par un conte et un défile dans les rues avec les enfants. Il a duré une heure. L’atelier a eu lieu dans le local du club des Tirailleurs, de sorte à ce que le public s’accapare de ce lieu et l’investissent lors d’autres activités culturelles.

  • Visite guidée des locaux des Tirailleurs et Avenir

Le public du festival accompagné du Directeur Général du Bureau National d’Ethnologie (BNE), Monsieur Erol Josué ont été reçu dans les locaux des groupes musicaux Tirailleurs et Avenir par leurs présidents respectifs Paul Jude Vanté et Paul Smith. Cette visite à donner une idée précise de l’environnement de travail, des instruments et des différents costumes de ces groupes. Les deux groupes ont répondu aux questions du public et ont bien voulu livrer certains secrets. A la fin, une prestation musicale des tambourineurs a clôturé la visite.

  • Konkou Rara

Le concours de rara était l’occasion de mettre en évidence la profusion et la qualité des groupes traditionnels de la région. Quatre groupes majeurs y ont participé Soloh Jah, Soldah Jah, Full Rasta et Number One. Ils devaient faire le tour de la place d’armes et étaient notés par 6 juges issus du milieu du spectacle en Haïti sur les critères suivants : le choix de la musique traditionnelle, la performance (cohérence, chorégraphie, costumes), l’originalité, la réaction du publique. Les gagnants ont été annoncé au milieu du concert et ont pu participer à la Parade « Bann Konte ».

2.4 Hommage à Erol Josué

Erol Josué, Directeur Général du Bureau National d’Ethnologie, a reçu le prix « Ewa Erol » pour son travail dans la préservation et la valorisation des biens culturels et des traditions vaudou en Haïti. Il a donné au public une prestation d’environ quarante minutes, accompagné d’onze chanteuses, du groupe « Vodoo Fla ».

2.5 Concert de musiques traditionnelles

Le concert de musiques traditionnelles du samedi 7 mars 2015 a permis aux bandes à pieds Tirailleurs, Avenirs et Boukman Eksperyans de faire danser la foule de 2,000 personnes autour des traditions d’Haïti. La musique racine et la musique typique des Cayes avec ont été à l’honneur.

L’Association a pour objectif de multiplier les espaces d’expressions artistiques populaires et de sensibiliser les populations à leur préservation et leur dimension symbolique dans notre société. Ainsi, les groupes locaux et nationaux doivent se rencontrer pour offrir des prestations originales au public du festival.

2.6 Parade Banm Konte accompagné par un groupe de rara

La parade « Banm konte » a clôturé le Festival vers 3h de l’après-midi le dimanche 8 mars 2015 haut musique et en couleur. Environ trois cents spectateurs nous ont rejoints dans les rues des Cayes pour regarder et danser.

Les chanteuses et danseuses de l’Association Jeune Educative pour la Culture (AJEC) en robes traditionnelles ont repris des extraits de contes et de chansons populaires. La bande à pied « Number One » a donné le rythme pour ce circuit autour des 2 premières grandes rues de la ville des Cayes.

Organisation du Festival et partenaires

Cette année l’association Akoustik Prod avait avéré nécessaire de mettre en place un comité local actif quatre mois avant le lancement du Festival Krik ? Krak ! Il était composé de trois membres Madame Joane Baron, Directrice de l’Alliance Française des Cayes, Monsieur Charles Jean Verra, Directeur de la Bibliothèque IPDEC des Cayes et Monsieur Stéphane Ménélas, Président de la Bande à pied APACH BAND. Deux rencontres mensuelles étaient organisées de décembre 2014 à Mars 2015 dans le but de mobiliser des bénévoles sur place et pour le suivi du déroulement des activités.

Les partenaires techniques ont été la Bibliothèque Nationale d’Haïti (BNH), le Bureau National d’Ethnologie (BNE), le Centre culturel Pyepoudre, l’Apach Band,  l’IPDEC, l’Alliance Française des Cayes, la Pharmacie du Coin, de la Délégation du Sud, le bureau de tourisme du Sud, et l’Ecole Nationale des Arts qui ont chacun apporté leur contribution en termes de ressources humaines, ressources matérielles et ou logistique pour permettre la réalisation du Festival Krik ? Krak !

Communication

L’équipe d’Akoustik Prod a assuré la promotion de l’événement « Festival Krik ? Krak ! », à travers l’installation de 5 banderoles dans la ville des Cayes plus d’un mois avant le lancement et la distribution de flyers avec la programmation dans plus d’une dizaine d’écoles de la ville et de lieux publics. L’association a également mobilisé le public par le biais des réseaux sociaux, les réseaux des institutions et opérateurs culturels, la presse : une conférence de presse à Port-au-Prince et aux Cayes, ainsi que des interventions dans différents médias de la capitale et de la ville des Cayes. La revue de presse est assez positive avec 2 articles dans le Nouvelliste, 1 article sur Alterpresse, et biens d’autres.

Résultat

Nous avons valoriser le folklore haïtien à travers les contes, les histoires, les musiques et le jeu.

Résultat 1- Revalorisation du patrimoine immatériel haïtien à travers les activités prévues : spectacle de conte, de musique traditionnelle, présentation de jeux, concours de bande à pied, parade bann konte, reconnaissance des personnalités qui interviennent dans le secteur.
Résultat 2- Faire connaître aux jeunes générations la richesse de leur patrimoine culturel : Caravane du conte, atelier avec les enfants de quartiers défavorisés et des jeunes handicapés.
Résultat 3- Offrir un espace de réflexion et de discussion avec les opérateurs : Table ronde, visite des lieux culturels de la ville par des autorités de Port-au-Prince, émissions de radio et de télévision.
Résultat 4- Intégration du festival Krik-Krak dans le tissu culturel de la ville des Cayes : partenariats ciblés pour des économies d’échelle, constitution d’un comité local d’organisation.

Conclusion

Akoustik Prod a mis en place une politique d’ouverture à un large public grâce à cette manifestation artistique gratuite et ouverte à tous.  Entre 300 et 2,000 personnes ont arpentés les rues de la ville des Cayes pour profiter des performances artistiques proposées.

« Krik ? Krak !» a été conçu pour inciter les artistes à investir les Cayes, notamment les rues et les espaces publics en tant que scènes artistiques éphémères. De sorte à valoriser la dimension patrimoniale des traditions haïtiennes… De plus, assurer la médiatisation des bandes à pieds autour d’une table ronde, un concours ou un concert permettent de créer un public de proximité.

Ce projet a été soutenu par des partenariats stratégiques et financiers efficaces entre institutions culturelles autour d’un événement culturel ponctuel.

Perspectives

L’Association Akoustik Prod va poursuivre sa collaboration avec les conteurs et les professionnels de l’animation pour encourager la population à prendre part aux activités traditionnelles et populaires tels que le conte, les jeux et la musique traditionnelle.

L’offre d’un espace d’expression artistique et de revalorisation du folklore haïtien dans la ville des Cayes. Les écoliers et les jeunes auront tous les ans des ateliers d’initiation, de démonstration et de formations aux contes et aux jeux traditionnels. Puis ils seront incités à prendre part au festival en devenant bénévoles.

L’intérêt est de tisser des liens solides avec les acteurs locaux et de les intégrer au projet de valorisation de l’identité culturelle haïtienne.  Depuis 2011 nous collaborons avec des partenaires culturels dans le sud (Bibliothèque IPDEC, Alliance française des Cayes et la Fondation du Patrimoine des Cayes), tous pour la pérennité des traditions populaires haïtiennes dans les villes.

De plus, le Centre Classique de Pétion-ville, école créé en 1970 a fait appel à l’association pour l’animation d’une journée intitulée « Nan Tan Lontan » pour faire vivre le conte, les jeux et la musique traditionnelle au sein de l’école. Les activités de sensibilisation se poursuivent…